Désirs de lune

2010

 

Désirs de Lune

Quintette à vent, bouteilles en verre et petite percussion résonante          (14' - 2010/11)

 

Vous vous demandez combien d'amis ai-je ?

L'Eau et la Pierre, le Bambou et le Pin.

La Lune qui s'élève au-dessus de la colline d'Orient est aussi de

la partie, une camarade joyeuse.

A côté de ces cinq compagnons, que demander de plus pour

autres plaisirs ?

 

Yon Son-do (1587-1671)

 

Lorsque le hautboïste Thierry Cammaert me proposa d'écrire une nouvelle œuvre pour l'Ensemble Quartz, articulée sur une thématique coréenne assez souple afin d'en faire la création à Séoul, je n'hésitai pas un instant. D'autant que l'idée de composer sur des éléments culturels en provenance d'un pays d'Asie que je n'avais pas encore investigué me fascinait au plus haut point. Ainsi, les pages de ces Désirs de Lune prennent-elles racines dans les multiples écoutes des sonorités issues du "Pays du Matin Calme", mais aussi dans les analyses de musiques traditionnelles et de littératures d'orient. Le poème de Yon Son-do (ci-dessus) semble d'ailleurs convenir parfaitement à l'idée d'un quintette, jusqu'au point de définir la forme globale de la pièce ainsi que les questionnements humains et métaphysiques qui encadrent le sentiment joyeux de la Lune, poétique évanescente appelant à l'imaginaire bien plus qu'à l'incarnation. Toutefois la danse sera  de la partie, mais une danse transparente, diaphane, étrange, bousculée par le souffle des voix chuchotant un autre poème, issu lui aussi de la tradition du Sijo, complétant ainsi mes sources d'inspiration :

 

Sous les pins / Le vent est silence

Sans le vent / Les pins sont muets

Et sans toi / Mon coeur est sans voix

Et sans cette voix / mon coeur désespère

Quel pouvoir / du Ying et du Yang

Nous unit / avant de dormir ? 

Anonyme (XVIe Siècle)

Dès lors, silences et danse joyeuse s'inscrivent au coeur d'un flux duel/dialectique dans lequel s'inscrivent l'une et l'autre métaphores sonores. L'eau et le souffle appellent aux jeux de "bouteilles", évoquant un réseau de respirations spirituelles dans lequel se glissent de surprenantes sonorités fantomatiques. L'invitation à la méditation (ou au sommeil "éveillé") nous est donc adressée par ces sons étranges initiés par les appels résonants du bol tibétain. Les oreilles les plus attentives retrouveront les éléments du second poème articulés par les musiciens dans leur instrument respectif pour créer une danse issue des structures chorégraphiques coréennes, inscrite au centre de l'oeuvre comme un axe de balancier autour duquel s'étalent des plages bien plus méditatives.

 

L'oeuvre est dédiée à l'Ensemble Quartz qui en fit la création partielle le 8 novembre 2010 à l'Ilshin Hall de Seoul. L'année suivante les dédicataires proposaient la création complète de ces Désirs de Lune lors de leur tournée chinoise, au Shangai Normal University Art Center.

Durée
0:14:0
Effectif

pour quintette à vent

Comment