Agenda

Janvier

  01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 20:30 : Hors-Champ
Michelle Noiret-Todor Todoroff
11
12 13 14 19:30 : Hors-Champ
Noiret-Todorof
15 20:15 : Hors-Champ
Noiret-Todoroff
16 20:15 : Hors-Champ
Noiret-Todoroff
17 20:15 : Hors-Champ
Noiret-Todoroff
18 20:15 : Musiques Nouvelles
Jean-Luc Fafchamps
19 20 21 20:00 : Pierre Boeswiwald
Concert Pionnier
22 23 24 20:00 : A woman bathing in a stream
Ensemble 21
25 17:00 : Nouveaux Territoires
Clase de C. Ledoux
26 27 20:00 : Musique du silence : Feldman, Pärt
Ensemble 21
28 29 30 20:00 : L'opéra "Fruhlings Erwachen"
Benoît Mernier
31 20:00 : Benoît Mernier "Frühlings Erwachen"
Ghent (B)


Français / English

Pierre
Kolp

Pierre Kolp (°Cologne, 1969) vit en Petite Suisse à Bruxelles. L'élaboration discursive de son langage est marquée par l'enseignement de Claude Ledoux, Paul-Baudouin Michel, Edison Denisov, Giorgio Magnanensi, Azio Corghi et Franco Donatoni. Son art se réfère à Scelsi, Kagel, Ligety et Fausto Romitelli. Il est résolument conceptuel et se conçoit en dialogue aux travaux de Francis Ubertelli, Juan Carlos Tolosa, David Nunezanez et André Ristic avec lesquels il porte le mouvement au nom absurde de "post-escolopéndrique". 

Compositeur belge, musicologue, organiste, pédagogue, représentant belge à l’Union européenne des écoles de musique (EMU) et membre du Groupe de réflexions international sur les apprentissages musicaux (GRiAM), président de l’Association francophone des académies de musique de Belgique (AEMS), Directeur de l’Institut Dalcroze de Belgique, Pierre Kolp pose sa réflexion et publie en priorité sur l’éducation et la pédagogie musicales (Belgique, France, Canada, Suisse, Allemagne, Pays-Bas, Argentine, Chili). Lauréat de prix de composition belges et européens, il cofonde, en 1995, la Société internationale de la création artistique contemporaine « Black Jackets Company » avec laquelle il tourne à travers le monde et, avec Black Jackets Composers, il remporte le World Kinespace Composition Competition avec l'oeuvre IMMIKS en 2005.

 

La musique de Pierre Kolp répond avant tout à une nécessité conceptuelle déliée de l’Être-hors mais, dans le même temps, elle est résolument structuraliste, au niveau des ponts qui traversent ces espaces vides toujours à la recherche de ce territoire constamment déchiré, et déchirant ses propres fragments.