Agenda

Septembre

  01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 20:00 : 2ème concert New:Aud
Ensembles ON, 21 et Sturm und Klang
14
15 16 17 18 19 20 21 18:00 : Création Pange lingua - Benoît Mernier
Concert d'orgue par Benoît Mernier
22 23 24 25 26 27 28
29 30


Français / English

Claude
Ledoux

Repères esthétiques

« Si je devais caractériser ma musique, je la définirais bien plus par ses coordonnées dans un vécu sonore multiple que par une position esthétique catégorique ; dans un espace tridimentionnel, quelque part à la croisée de cartes géographiques fragmentées, placée entre le passé et le futur, et plus encore, située sur l'axe qui relie notre matérialité la plus palpable à ce besoin intangible, humain, de spiritualité.  Ainsi mon œuvre s’inscrit-elle depuis de nombreuses années dans le sillon des “traverses musicales”, tentant ainsi d’imprimer la marque de notre monde éclaté au sein de l’écriture. Mais plutôt que de parler de métissage ou autre Cross-Over, c’est du côté des liens de passage qu’il faut rechercher le fondement de ma pensée musicale ; ce chemin subjectif que pressentait Levi-Strauss lorsqu’il parlait des enjeux du XXIe siècle, une connectivité des différents témoignages de la diversité de notre temps, bref ce lien qui permet d’échapper à l’entropie des connaissances d’aujourd’hui et qui donne sens et actualité aux traces multipolaires de notre monde sonore. »

Dès lors, les partitions de Claude Ledoux s'incarnent aux confluents de résonances multiples. S'y imprime une évidente stratégie de l'écriture en vue d'orienter la perception de l'auditeur vers certains chemins inusités de l'écoute occidentale, sans a-priori esthétique. La fascination qu'exerce le phénomène sonore l'incite à l'introspection acoustique, facilitée par l'apport des technologies récentes. Ouvert aux échos lointains de l'attitude "spectrale", sa musique présente les facettes d'une sensualité sonore basée sur l'interactivité entre harmonie et timbralité. De plus, son intérêt pour les musiques extra-européennes, plus particulièrement pour les musiques orientales, l'incite à réfléchir sur l'impact de la "trace" humaine résiduelle au sein de l'écriture (références vocales, prosodiques, gestuelles, voire chorégraphiques) telle qu'elle est pratiquée dans ces pays. Prise dans ce sens, l'oeuvre de Claude Ledoux synthétise ces différents apports en une oeuvre luxuriante, parfois microtonale, inscrite dans une volonté de renouveler le phénomène mélodique sans condescendance, expression de l'instrument solo ou de l'orchestre, où l'émotion dérive de la rencontre d'imaginaires culturels différents. Quant aux oeuvres les plus récentes, prises dans ce courant de traverses, elles n'hésitent pas à réintégrer certaines rythmiques et sonorités issues des nombreuses musiques populaires (dont la Pop, le Rock ou le Jazz), autres incontournables qui façonnèrent l'univers musical du compositeur.

Repères biographiques

Né le 23 février 1960. Après avoir accompli les humanités scientifiques, Claude Ledoux se tourne résolument vers le monde artistique en étudiant la peinture à l'Académie des Beaux-Arts et la musique au Conservatoire Royal de Musique de Liège (Belgique). Là, il rencontre Jean-Louis ROBERT, compositeur et remarquable pédagogue qui lui fait découvrir la musique du XXe siècle. Suivent alors les cours de composition avec Frederic RZEWSKI, Philippe BOESMANS et Henri POUSSEUR, ceux d'analyse musicale avec Célestin DELIEGE, ainsi que les investigations en musique électro-acoustique avec Patrick LENFANT. Dans le cadre de ces recherches surviendra, en 1980, la rencontre marquante et décisive avec Tristan MURAIL. Après avoir obtenu ses Masters en composition et en écritures classiques, il poursuit sa formation à l'étranger, notamment en Hongrie et en Italie où il participe aux séminaires de composition de Gyorgy LIGETI. De 1987 à 1989, il réside à Paris où il participe au cursus de composition/informatique musicale de l'IRCAM, ainsi qu'à la formation d'analyse XXe siècle de Robert PIENCIKOWSKI en même temps que les cours de Iannis XENAKIS à l'Université de Paris I.

Poussé par sa passion de la musique asiatique, le compositeur effectua en avril-mai 1992 un voyage -musical et humain - des pentes de l'Himalaya au désert du Rajasthan. Par la suite, une bourse de recherche accordée par la Fondation SPES lui permit d'organiser dans le courant de l'année 1996 un voyage en Extrême-Orient qui le mena du Cambodge à l'Indonésie en passant par les villages montagnards du Centre du Vietnam. Plus récemment, Claude LEDOUX a voyagé au Japon en compagnie de son épouse, la pianiste Nao MOMITANI, afin d'approfondir ses connaissances du répertoire traditionnel japonais (Nô, Buraku et Kyôgen). Autant de découvertes sonores dont on peut retrouver maintes traces dans l'oeuvre du compositeur : Râgas et ornementations indiennes dans "Torrent", gamelans et hétérophonies d'Asie du Sud-Est dans "Le Cercle de Rangda" ou "Frissons d'Aile", modélisations d'inflexions musicales japonaises dans "Bell(e)...s", résonances chinoises dans le récent "Crossing Edges" (2014) pour erhu et orchestre, pour ne citer que quelques exemples sonores.

En tant que compositeur, il s'est distingué dans plusieurs concours internationaux et mène depuis une carrière qui l'a conduit sur les cinq continents. De 1998 à 2000 Claude Ledoux a été compositeur en résidence de l'ensemble "Musiques Nouvelles". En 2003 il a reçu le prix musical de la Fondation Civitella Ranieri de New York pour l'ensemble de sa production. Dans ce cadre et cette même année, il fut compositeur invité au Castello d'Umbertide (Italie). Par la suite, l'artiste fut en résidence au Kitara Hall de Sapporo (Japon), au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (Bozar) de 2007 à 2009, saisons durant lesquelles il réalisa de nouvelles œuvres dont son troisième quatuor à cordes ("Las Lagrimas de un Angel") pour le Quatuor Danel, ainsi que "Les Levants de Tiahuanco" pour orchestre. Durant cette même période, il composa l'imposé de demi-finale du Concours Musical Reine Elisabeth de Belgique, violon 2009. Après une commande d'État Français qui lui a permis d'écrire A terra sem Mal pour l'ensemble Le Balcon (créée à Paris en février 2011), Il compose Ayl, concerto pour clarinette (2012), à la demande du festival Ars Musica. Dans cette même veine, il compose en 2014 Crossing Edges - pour erhu et orchestre - ainsi que les Echoes of Crossing Edges, créés en Chine par le Shanghai Sinfonietta, dédicataire de l'oeuvre. D'autres projets ayant pour thème la transversalité culturelle sont déjà programmés pour un futur proche (Violoncelle et électronique / Ensemble et électronique / création pour l'Ensemble Muromachi de Tokyo / deux nouvelles oeuvres pour orchestre...).

Claude Ledoux possède aussi un Master en Sciences de la Musique de l'Université de Liège. Outre ses activités de journaliste, chef d'orchestre et claviériste (piano/synthé) au sein de différents ensembles - Synonymes, Musiques Nouvelles, Ensemble Varèse de Parme, Ottomani... -, il enseigne la composition au Conservatoire Royal de Musique de Mons (Belgique) et l'Analyse Musicale au Conservatoire de Paris (CNSMDP). De 2002 à 2005, il a assuré la fonction de Directeur Artistique du Centre de Formations et de Recherches Musicales de Liège (CRFMW, actuellement Centre Pousseur - Belgique). Durant les étés 2008 et 2009, il fut invité au Brésil pour enseigner la composition et l'Analyse musicale aux universités de Campinas et de Sao-Paulo ainsi qu'aux aux "Cours d'hiver" de Campos do Jordão (Brésil). En 2012, Claude LEDOUX fut Commissaire artistique du Festival de Musiques Contemporaines Ars Musica. Printemps 2013, le compositeur est invité à donner une série de conférences et de Master Classes au Conservatoire de Shanghai (Chine). Cette même année, il fonde le LAPS Ensemble - formation originale qui mixe laptops et instruments acoustiques - dont il est le Directeur Artistique et chef principal.

Depuis 2005, Il est membre de l'Académie Royale de Belgique, Classe des Arts.

infos complémentaires sur internet :

Claude Ledoux, pages personnelles / bibliographie / peintures / autres liens :

http://users.skynet.be/ledouxcl/