Takshasilâ

1979
Takshasilâ est l'ancien nom sanscrit du site de "Taxila" au pied des montagnes du Cachemire.  C. Levi-Strauss, dans Tristes Tropiques en raconte sa découverte...la route poudreuse qui y mène, bordée d'eucalyptus, tamaris, mûriers, poivriers, oliviers sauvages...mais surtout rapporte que toutes les sources lointaines des plus hautes spiritualités ont confondu leurs eaux en ce lieu : hellénisme, hindouisme, bouddhisme, mais aussi la Perse de Zoroastre, les Partes, les Scythes, "où mieux qu'en ce site qui lui présente son microcosme, l'homme de l'Ancien Monde, renouant avec son histoire, pourrait-il s'interroger ?

L'écriture particulière de l'oeuvre exige de l'interprète un engagement très personnel, et comme un pouvoir d'évocation de ces parfums et surtout de ce questionnement...Autour de cellules de tierces mineures, étranges "appels statiques", les contrastes saisissants: entre des passages "calmes", "plus que lent" - comme nimbé de tendresse-, et une virtuosité "impatiente", "nerveuse"...entre des multiphonies rauques et une exploration du suraigu, stridente ou douce...

La structure de la pièce, sans être mobile, autorise des versions de durées différentes, dont trois sont disponibles à l'écoute dans des interprétations de Jean-Pierre Peuvion.

Takshasilâ est dédiée à Henri Pousseur, pour  son cinquantième anniversaire.
Membre(s)
Instruments
Durée
0:0:0
Effectif

pour clarinette solo